Portraits de Montréal | Portraits of Montreal

  • À propos
  • Archives
  • Facebook
  • Instagram
  • Vimeo
  • "Je suis paramedic, j’adore mon métier. J’aime le contact social avec les gens, le fait que ce ne soit pas juste des morts, pas juste une ligne sur un ordinateur : je parle à quelqu’un, et je suis la première personne à qui il va raconter son histoire. Ce qui est difficile c’est la gestion des gens autour du patient. Mettons qu’il fait un arrêt cardio-respiratoire, oui il est mort, mais moi ça fait partie de mon quotidien. T’as pas le choix de te détacher, sinon je pleurerai tous les jours. C’est d’avoir la famille autour qui est plus lourd, c’est ça qui me touche le plus. T’as fini avec le patient, il est décédé, et là il faut que tu gères la famille autour, pour eux c’est une mort soudaine. c’est ça qui est plus lourd à gérer."


    "I’m a paramedic, I love my job. I like the social contact with people, the fact that it’s not just bodies, not just a line on a computer: I’m talking to someone, and I’m the first person to whom they will tell their story. What’s difficult is dealing with the people around the patient. Say they have a cardio-respiratory arrest, yes they’re dead, but for me it’s part of my daily life. You don’t have a choice but to detach yourself, otherwise I’d be crying everyday. It’s having the family around that’s heavier, that’s what affects me the most. You’re done with the patient, they passed away and now you have to deal with the family, to them it’s a sudden death. That’s the most difficult thing to deal with."

    "J’ai participé deux fois à un souper presque parfait. La deuxième fois j’ai gagné le prix du public. Je suis parti vivre en appartement à 14-15 ans, donc j’ai dû apprendre à me débrouiller tout seul en cuisine."


    "I participated twice in a show called ‘Un souper presque parfait’ (similar to Come dine with me). The second time I won the people’s choice award. I went to live by myself when I was 14 or 15 years old, so I had to learn how to cook for myself."

    "Je suis quelqu’un de vraiment franc, je suis direct avec les gens."
    "Il y a une fois ou tu as regretté de ne pas avoir été assez franc ?"
    "Il y a une couple de fois où des gens m’ont demandé conseil, et je n’ai pas été aussi franc que j’aurai du. Avec certaines personnes plus sensibles t’as l’impression que tu vas franchir une ligne. Mais en même temps c’est ce que ça prend pour faire passer un message. J’aurais dû être plus direct, c’est important de dire ce que tu penses dans la vie."


    "I’m a very frank person, I’m direct with people."
    "Is there a time you wish you had been more frank?"
    "There’s a couple of times when people have asked for my advice, and I wasn’t as frank as I should have been. With certain people who are more sensitive you feel you’re going to cross a line. But at the same time that’s what it takes to get a point across. I should have been more direct, it’s important in life to say what you think."

    "We’re having a testicule removal party. That’s why the shirt says there can only be one."
    "Are you serious?"
    "No, it’s just a bachelor party, but that’s the story we’re telling."


    "On fait une fête pour l’ablation d’un de ses testicule. C’est pour ça qu’il est écrit ‘Il ne peut y en avoir qu’un seul’ sur les t-shirts."
    "Sérieusement ?"
    "Non, en fait c’est juste un enterrement de vie de garçon, mais c’est l’histoire qu’on raconte."

    "I’m her third home. The lady who owned her had too many dogs and she couldn’t take care of her. She just kept her to have puppies and sell them. So I took her and I promised her she was never going to be in a cage. I want her to be a therapy dog. I see how much joy she brings to people, smiles and everything, so I want her to go help cancer patients, children, etc. She has a Facebook page: Pup Stars 4.”


    "Je suis sa troisième maison. La femme qui l’avait avant avait trop de chiens et ne pouvait pas s’occuper d’elle. Elle la gardait seulement pour avoir des chiots et les vendre. Donc je l’ai récupéré et je lui ai promis qu’elle ne se retrouverait jamais dans une cage. Je veux qu’elle devienne une chienne de thérapie. Je vois la joie qu’elle apporte aux gens, les sourires et tout, donc je veux qu’elle aide des gens atteints du cancer, des enfants, etc. Elle a une page Facebook : Pup Stars 4.”

    "He has lymphoma, he’s supposed to already be dead. The vet told me he wouldn’t make it past June 2012. He loves life, we go out every single day, make sure he enjoys every day he has left. I’m waiting for him to let me know when it’s time to go. The minute I see that he doesn’t want to come with anymore, go for a walk, food (because he loves food), sit outside or play, then I’ll know it’s time. That day, on his last day, my plan is to give him whatever he wants, like steak, ice-cream, going to the lake, letting him swim for the last time, etc. Make him happy that day."


    "Il a un lymphome, il devrait déjà être mort. Le vétérinaire m’a dit qu’il ne vivrait pas plus longtemps que juin 2012. Il aime la vie, on sort tous les jours, je fais en sorte qu’il profite de chaque journée qu’il lui reste. J’attends qu’il me laisse savoir quand il sera temps pour lui de partir. Dés l’instant où je vois qu’il ne veut plus venir avec moi, aller se promener, manger - il adore manger -, s’asseoir dehors ou jouer, alors je saurai qu’il est temps. Ce jour là, son dernier jour, mon plan est de lui donner tout ce qu’il veut, du steak, de la glace, aller au lac, le laisser nager pour la dernière fois, etc. Le rendre heureux ce jour là."

    "Je fais une thèse sur l’origine du papier en Nouvelle-France, parce qu’on n’en fabriquait pas ici donc il fallait qu’il vienne de l’extérieur. Je viens voir les archives originales des communautés religieuses, ou les archives publiques comme la Bibliothèque et Archives Nationales du Québec, je demande à avoir accès aux documents, je les analyse, je repère les filigranes sur le papier à partir d’une table lumineuse. Ensuite je vais essayer de retracer les routes commerciales que ce papier a suivi, entre la France où il était produit, et ici où on s’en servait. Moi j’aime le papier, et j’avais envie de faire, entre guillemets, une ‘retraite’ comme bibliothécaire au gouvernement national."


    "I’m writing a thesis about the origins of paper in New France, because they didn’t produce any here so it had to be brought in from the outside. I go see the archives of religious communities, or public archives like the Bibliothèque et Archives Nationales du Québec. I ask to get access to the documents, I analyze them, I spot the watermarks on the paper using a light table. Then I’m going to try to trace the trade routes followed by this paper, between France where it was produced, and here where it was used. I love paper, and I wanted to, in quotation marks, ‘retire’ as a librarian at the national government.”

    "Ce que j’aime le plus dans mon métier, c’est le contact avec la clientèle. Ça fait 40 ans que je fais ça. Et tu vois, c’est drôle que tu me prennes en photo dans cette ruelle parce que c’est la plus photographiée et filmée de Montréal. Elle est longue et étroite. Avec la fumée qui sort des bouches d’égout, les escaliers, les allées et venues, la façon dont la lumière passe, etc… c’est une ambiance qui fait très film à suspense. J’en ai vu beaucoup se tourner ici pendant mes pauses."


    "What I like most about my job is my dealings with customers. I’ve been doing it for 40 years. You know, it’s funny that you’re taking my picture in this alley because it’s one of the most photographed and filmed in Montreal. It’s long and narrow. With the smoke coming out of manholes, the stairs, the comings and goings, the way light passes, etc… it’s an atmosphere that is much like that of a thriller. I have seen many such movies get shot here during my breaks."

    "J’ai été adopté. Mon père jouait de la guitare, et mon père adoptif jouait du piano. Mon père adoptif a joué professionnellement pour Alys Robi. Il m’a appris quelques morceaux et les bases. Moi je fais juste jouer des morceaux, je suis un copieur ; j’ai de la misère à improviser, je n’ai pas l’esprit à ça. Je ne travaille plus en ce moment, je suis sur le B.S. J’ai pris une retraite forcée. Je suis cintreur de verre. Cintrer du verre ça veut dire plier du verre. Je faisais des vitres pour des meubles, et des pare-brises de Ferrari. Mais la compagnie pour laquelle je travaillais a dû déménager une fois, ça l’a mise dans le rouge, une deuxième fois, pas mal dans le rouge, et une troisième fois… OUT!"

    "I was adopted. My father played the guitar, and my adoptive father played the piano. My adoptive father played professionally for Alys Robi. He tought me a few pieces and the basics. I only play songs, I’m a copycat. I have trouble improvising, my mind is elsewhere. I am currently not working, I’m on social welfare. I took a forced retirement. I’m a glass bender, I bend glass. I used to make windows for furnitures, and Ferrari windshields. But the company I used to work for had to move once, which put it a little in the red, then a second time, a lot in the red, and then a third time… OUT!"

    "I make giant soap bubbles. There’s a guy that works on the fifth floor of the building by the square, and he told me once that whenever he’s depressed he looks at the bubbles through the window and it makes him happy."


    "Je fais des bulles de savon géantes. Il y a un gars qui travaille au cinquième étage de la tour qui donne sur la place, et il m’a dit une fois que quand qu’il est déprimé, il regarde les bulles par la fenêtre et ça le rend heureux."

    12345Newer   →